Le plus vieux temple romain découvert en Italie

Publié par Maxime Lambert, le 09 février 2014

Des fondations retrouvées au cours de fouilles sur l’aire de Sant’Omobono, au cœur de Rome, témoignent de la présence de ce qui pourrait être le plus vieux temple romain connu à ce jour, selon les archéologues. En terme de vestiges archéologiques, Rome détient bien des richesses qu’il reste encore à découvrir. Très récemment, des fouilles menées sur l’aire de Sant’Omobono, au cœur de la ville, ont mené à la découverte d’un temple antique. Selon les experts, il pourrait s’agir du plus ancien temple romain connu à ce jour.

L'équipe d'archéologues sur l'aire de Sant’Omobono où les vestiges d'un temple romain ont été retrouvés
Les travaux d’excavations, menés par des archéologues de la ville et de l’université du Michigan, ont été particulièrement compliqués. En effet, les fondations de la structure sont situées en dessous du niveau du Tibre, qui cours à proximité du site. De ce fait, le terrain est en proie à d’importantes infiltrations d’eau. L’aire archéologique de Sant’Omobono se situe au pied du capitole, sur le terrain de l’église qui lui a donné son nom. Selon les estimations, les monuments ont été édifiés au VIIe siècle avant J.C. A cette époque, le Tibre coulait juste au pied de l’église et l’un de ses méandres formait non loin de là un port naturel permettant aux navires marchands d’accoster. Un sanctuaire et lieu de rencontre Pour parvenir à mettre au jour les fondations du temple, les archéologues ont dû utiliser des machines pour creuser et assurer la sécurité du site. D’immenses plaques métalliques ont également été installées à l’aide d’une grue pour stabiliser la surface de fouille. Au bout du compte, trois jours de travail acharné ont été nécessaires pour commencer à apercevoir les fondations du temple. Les chercheurs pensent qu’il s’agit du premier édifice à avoir été construit sur le site. La structure a surement été utilisée comme un sanctuaire mais également comme un lieu de rencontre pour les marchands venus d’aussi loin que de Liban ou l’Egypte. 
Les fouilles organisées sur l’aire de Sant’Omobono représentent pour les chercheurs une mine d’informations sur les processus d’urbanisation et de formation de l’état advenus au cours du VIIIe jusqu’au VIe siècle avant J.C.

Publicités

A propos nomadstrekjourneys

La passion de mes envies à découvrir et partager les trésors culturels de la terre.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s