Musée National du Bardo: Deux conventions de mécénat pour mener à bien le chantier

L’Institut National du Patrimoine de Tunisie (INP) et le musée du Louvre s’associent à deux partenaires mécènes, l’Union Bancaire pour le Commerce et l’Industrie (UBCI) et Total Tunisie, pour poursuivre le réaménagement de la salle de Carthage du Musée National du Bardo. A cette occasion une cérémonie de signature de deux conventions de mécénat pour le réaménagement de la salle de Carthage, aura lieu mardi 17 mars au Musée National du Bardo.
La première phase de rénovation de la salle de Carthage, inaugurée le 4 juillet 2013, constituait le premier aboutissement d’un partenariat ambitieux de coopération scientifique entre l’INP et le musée du Louvre.
La deuxième phase doit permettre l’aménagement muséographique d’environ trente sculptures avant l’été 2015, grâce au soutien de l’UBCI et de Total Tunisie. La salle de Carthage, au cœur du palais du Bardo, plus grand musée d’Afrique du nord, aura ainsi achevé sa transformation.
 Le nouveau Musée National du Bardo Aménagé au XIXe siècle dans l’enceinte d’un célèbre palais beylical,  est l’un des hauts lieux de référence du patrimoine de Tunisie et d’Afrique. Dans le cadre d’un vaste projet de rénovation, il s’est agrandi d’une nouvelle aile contemporaine en 2012.
La deuxième phase de la salle de Carthage
 L’objectif d’ici la fin mai 2015 est d’achever l’aménagement de la salle de Carthage, comme le stipule la convention d’exécution particulière à l’accord cadre du partenariat scientifique (signé le 9 novembre 2009), signée quant à elle le 4 novembre 2014. Dans cette seconde phase essentiellement muséographique et toujours dans le cadre du chantier école, 34 œuvres restent à présenter : dix-neuf portraits répartis dans les vitrines Ouest et Sud, six statuettes dans les vitrines Est et neuf sculptures dans la salle même et sur le palier Sud.
Des mécènes pour mener à bien ce chantier
En 2014, le chantier-école s’est poursuivi sous la direction des experts du service Louvre conseil du musée du Louvre. En raison des moyens requis par la restauration des œuvres et leur présentation muséographique, la recherche de mécénat s’est imposée. Les parties prenantes de ce projet ont opté pour un mécénat en nature offrant une plus grande souplesse à la mise en œuvre de l’aménagement de la salle de Carthage. En outre, la pérennité de l’action de formation des jeunes Tunisiens à la conservation-restauration de leur patrimoine lui confère une dimension de mécénat social. C’est dans ce contexte que les mécènes UBCI et Total Tunisie ont souhaité s’associer aux institutions en apportant leur soutien par l’achat du matériel de restauration et par la prise en charge d’une partie des coûts et des frais inhérents aux missions à Tunis de l’équipe dédiée du Louvre.
Publicités

A propos nomadstrekjourneys

La passion de mes envies à découvrir et partager les trésors culturels de la terre.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s